Les équipements de protection individuelle (EPI) constituent une barrière de base relativement peu coûteuse et simple à utiliser pour la gestion et la prévention des infections nosocomiales

Une présentation de 2015 de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) sur le Programme canadien de surveillance des infections nosocomiales (PCSIN) souligne que les infections nosocomiales constituent une source importante de coûts, estimant que les infections au Clostridium difficile (ICD), les infections au Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) et les infections de sites chirurgicaux génèrent à elles seules des dépenses annuelles supérieures à 106 $ CA.

The L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que les infections nosocomiales sont chaque année responsables de pertes de 7 milliards d’euros en Europe et d’augmentations de coûts de l’ordre de 6,5 milliards de dollars aux États-Unis.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que les infections nosocomiales sont chaque année responsables de pertes de 7 milliards d’euros en Europe et d’augmentations de coûts de l’ordre de 6,5 milliards de dollars aux États-Unis.

Les infections nosocomiales sont une source de préoccupation mondiale pour les professionnels de la santé qui prennent soin de patients.

Aujourd’hui, plusieurs mesures de prévention et de gestion des infections nosocomiales sont intégrées aux procédures opérationnelles normalisées et aux meilleures pratiques des établissements de santé modernes, notamment en ce qui concerne l’hygiène du milieu, le triage des patients et l’utilisation appropriée des antibiotiques.

Des pans complets de nos réglementations et de nos budgets de santé soutiennent les volets organisationnels et environnementaux des mesures de prévention et de gestion des infections nosocomiales. Néanmoins, il existe deux méthodes simples et efficaces qui aident considérablement à lutter contre les infections nosocomiales..

Dans ce guide, nous verrons comment les protocoles d’hygiène des mains et les équipements de protection individuelle (EPI) peuvent aider les établissements de santé de toutes tailles à lutter contre les infections nosocomiales.

Qu’est-ce qu’une infection nosocomiale?

Avant de voir comment l’hygiène des mains et les EPI peuvent aider à prévenir et réduire les infections nosocomiales, il est important d’en savoir un peu plus sur ces infections.

Également appelées « infections associées aux soins de santé » (IASS) et « infections hospitalières », les infections nosocomiales ne sont pas présentes ni même en incubation chez les patients lors de leur admission en milieu hospitalier. Les symptômes se manifestent généralement durant l’hospitalisation ou peu de temps après la sortie de l’hôpital.

Catégories d’infections nosocomiales les plus courantes:

  • Infections des voies urinaires
  • Infections de sites chirurgicaux
  • Gastroenteritis
  • Méningites
  • Infections pulmonaires

Principaux facteurs de risque associés aux infections nosocomiales

graphic depicting pathogens on various common hotspots in a hospital room

Les infections nosocomiales utilisent différentes voies de transmission.

La transmission par contact est l’une des voies de transmission les plus fréquentes. . Cette catégorie comprend les transmissions par contact direct (transfert de l’infection d’un hôte vers une autre personne par contact physique direct) et les transmissions par contact indirect (contact avec un objet intermédiaire contaminé).

Les transmissions par gouttelettes, (p. ex. éternuements et toux) et les transmissions aériennes (p. ex. transmission aérienne de la légionellose, de la rubéole, de la varicelle) sont également préoccupantes.

Selon l’OMS, les principaux microbes responsables d’infections nosocomiales sont les suivants:

  • Staphylococcus aureus (notamment le SARM)
  • Streptocoques pyogènes (streptocoques du groupe A)
  • Entérocoque résistant à la vancomycine (ERV)
  • Klebsiella
  • Enterobacteriaceae
  • Pseudomonas
  • Clostridium difficile (C. difficile)
  • Candida
  • Rotavirus
  • Adénovirus
  • Virus de l’hépatite A
  • Norovirus

Les facteurs de risque associés aux infections nosocomiales sont augmentés par une mauvaise connaissance et une mauvaise application des mesures élémentaires de contrôle des infections comme l’hygiène des mains et l’utilisation des EPI, notamment les gants, les masques et les blouses médicales.

Dans un contexte de prévalence des transmissions par contact, ces mesures fondamentales parfois négligées sont pourtant critiques dans la lutte contre les infections nosocomiales.

Les établissements de santé ne reconnaissant pas pleinement l’importance de ces mesures mettent en jeu la sécurité de leurs patients et risquent des pénalités fiscales et réglementaires.

Des moyens simples pour diminuer les risques d’infections nosocomiales

medical professional wearing face mask, eye shield, gown, and gloves while recording chart information

Puisque les infections nosocomiales peuvent survenir n’importe où dans un établissement de santé, chaque travailleur a un rôle à jouer pour les prévenir et les gérer.

Du comptoir des admissions jusqu’aux tables d’opération, les moyens suivants constituent des outils simples et économiques pour réduire le risque au minimum, autant pour le personnel médical que pour les patients.

L’hygiène des mains est capitale pour prévenir les infections nosocomiales

L’hygiène des mains fait partie des moyens les plus efficaces de lutte contre la propagation par contact des bactéries et des virus, mais c’est aussi l’un des moyens les plus négligés.

“Bien que l’hygiène des mains ne soit pas la seule mesure de lutte contre les infections nosocomiales, elle permet d’améliorer considérablement la sécurité des patients : de nombreuses études scientifiques démontrent que les microbes à l’origine des infections nosocomiales sont le plus souvent transmis aux patients par les mains des travailleurs de la santé.”Organisation mondiale de la Santé

Deux méthodes sont principalement utilisées pour le lavage des mains:

  • Savon et eau
  • Désinfectants pour les mains à base d’alcool

Si vous utilisez le savon et l’eau, assurez-vous de retirer tous les objets se trouvant sur vos mains et vos poignets avant de débuter le lavage. Utilisez de l’eau chaude et beaucoup de savon, de manière à ce que la mousse recouvre toute votre peau.

Savonnez et frottez vigoureusement vos mains l’une contre l’autre pendant au moins 20 secondes, en vous assurant de nettoyer vos paumes, ainsi que le dessus des mains, entre les doigts et jusqu’aux poignets, voire au-delà.

Rincez abondamment avec de l’eau propre et séchez-vous complètement les mains avec une méthode approuvée.

Les désinfectants à base d’alcool sont souvent utilisés comme complément d’hygiène des mains, car ils éliminent presque les mêmes microbes que le savon et l’eau, mais en moins de temps et avec moins d’efforts. Ils ne sont cependant pas toujours aussi efficaces.

Les deux méthodes ci-dessus peuvent assécher la peau et causer de l’inconfort lorsqu’elles sont utilisées à répétition. En outre, elles sont peu utiles pour protéger les travailleurs de la santé contre les expositions initiales aux microbes et aux agents pathogènes.

Utilisation des gants jetables en complément de l’hygiène des mains

nurse wearing face mask and gloves while adjusting pump

Les gants médicaux jetables constituent un excellent moyen de renforcer les bénéfices de l’hygiène des mains, de réduire les irritations causées par les lavages fréquents et d’ajouter une barrière de protection supplémentaire entre les travailleurs de la santé et les patients.

Cependant, pour bénéficier d’une protection optimale selon les situations, il ne faut pas simplement tendre le bras vers n’importe quelle boîte de gants et en mettre une paire.

Il faut notamment tenir compte des considérations suivantes:

  • Taille: Les gants doivent bien s’ajuster à la main, de façon à réduire le risque d’infiltration de contaminants par le poignet et à éviter de diminuer la dextérité. Par contre, ils ne doivent pas être serrés au point de créer de l’inconfort, d’augmenter le risque de rupture ou de déchirement ou d’être difficiles à enlever.
  • Niveaux de protection: Le choix du niveau de protection dépend des risques présents et de la nature des procédures. Par exemple, si des gants ordinaires sont généralement parfaits pour les interactions simples, certaines situations exigent des gants spéciaux, notamment avec des poignets très longs.
  • Choix du matériau: Plusieurs facteurs associés au choix du matériau peuvent avoir une grande importance sur l’utilité fonctionnelle d’une paire de gants jetables, notamment les allergies du travailleur et du patient, l’épaisseur du matériau et le confort des matières. Avant de choisir des gants en vinyle, en latex ou en nitrile, réfléchissez aux effets potentiels de ces matériaux.

Grâce à la variété de types de gants jetables à leur disposition, les établissements de santé peuvent être préparés à toutes les situations avec une gestion optimale des coûts et de l’efficacité pour tous les scénarios et tous les besoins.

Faites attention de suivre toutes les recommandations indiquant comment enfiler, utiliser, retirer et jeter les gants.

La moindre contamination due au non-respect des procédures d’utilisation, de remplacement et de mise aux rebuts des gants peut rapidement annuler les bénéfices des gants et augmenter les risques pour les travailleurs et les patients.

Sur notre page Normes et directives d’utilisation des gants médicaux, vous trouverez des recommandations d’utilisation, des meilleures pratiques, des directives pour enfiler et retirer les gants ainsi qu’une foire aux questions.

Utilisation des masques médicaux pour prévenir la propagation des infections

nurse wearing a face mask, eye shield, gown, and gloves in the care environment

Les masques médicaux constituent un excellent moyen de contrôler la propagation des infections circulant dans des particules aériennes ou des gouttelettes, car ils contiennent des matériaux filtrants qui protègent les membranes muqueuses.

Les masques médicaux peuvent protéger les professionnels de la santé qui travaillent de longues heures entourés de microbes infectieux, mais ils sont surtout utiles pour éviter que des personnes infectées propagent leur infection.

À l’instar de tous les EPI, la conception des masques est importante car elle détermine leur efficacité et leur confort.

Par exemple, il est évident qu’un masque confortable sera plus susceptible d’être porté et de ne pas nuire à l’efficacité du travail.

Il existe des modèles de masques ayant différentes conceptions et différentes classifications de protection dont l’efficacité dépend de la nature des microbes potentiellement présents. En conséquence, il est très important que la conception du masque soit adaptée à l’utilisation prévue afin d’avoir une combinaison optimale de protection, de confort et de coût.

Quel que soit le masque choisi, il est essentiel de respecter les, consignes d’enfilage, de retrait et de mise au rebut pour maximiser l’efficacité de la prévention des propagations. Des informations supplémentaires sur l’utilisation appropriée des masques sont disponibles dans notre guide de prévention de la grippe et dans nos pages sur les normes ASTM et les directives d’utilisation relatives aux masques de protection.

Utilisation des blouses médicales, des charlottes et des couvre-chaussures pour protéger les travailleurs de la santé et éviter les contaminations

Surgeon and nurse wearing face mask, eye shield, head covering, and gloves in operating room

Les blouses médicales, les charlottes, et les couvre-chaussures peuvent tous être utiles pour contrôler et prévenir la transmission des agents pathogènes dans l’environnement et dans les zones stériles.

Diverses considérations de conception et d’efficacité doivent être prises en compte lors du choix des équipements de prévention et de contrôle des infections:

  • Résistance à la pénétration des liquides: Les EPI ayant une bonne résistance à la pénétration des liquides constituent une barrière imperméable contre les projections de sang et d’autres fluides corporels.
  • Efficacité de filtration des bactéries (EFB): Les EPI ayant une bonne classification EFB offrent une protection contre les agents pathogènes en suspension dans l’air et contre les transmissions par contact en réduisant le risque que les bactéries atteignent l’utilisateur.
  • Poids: Les EPI relativement lourds réduisent le confort et peuvent entraver le travail des professionnels de la santé. Ils peuvent aussi être plus difficiles à enfiler et à retirer. Il faut qu’un EPI soit le plus léger possible tout en respectant les exigences de protection.
  • Conception: Si la conception d’un EPI détermine la superficie protégée, elle affecte aussi la protection d’autres manières plus subtiles. Par exemple, des attaches et des boucles élastiques rapides d’accès peuvent rendre des blouses médicales plus faciles à enfiler et à retirer, ainsi que réduire le risque qu’elles se déplacent durant une procédure, tandis qu’une semelle antidérapante sous les couvre-chaussures peut rendre la circulation plus sécuritaire.

Le choix de matériau aura également un effet important sur les considérations ci-dessus.

Par exemple, une blouse en tissu non tissé SMS offre une bien meilleure protection contre les pénétrations de liquides et une meilleure classification EFB qu’une blouse de même poids en tissu non tissé par filage direct.

Des informations supplémentaires sur l’importance du choix de matériau pour la protection offerte par les blouses médicales sont disponibles dans notre guide sur les tissus non tissés SMS et en polypropylène par filage direct..

Principaux éléments à retenir

  1. Les contacts interpersonnels directs constituent un facteur de risque majeur pour la transmission et la propagation des infections nosocomiales.
  2. La combinaison de mesures d’hygiène des mains avec l’utilisation de gants médicaux aide à réduire les inconvénients des deux approches et à obtenir une protection optimale.
  3. Les gants ne sont pas tous identiques. Il est très important de choisir le modèle, le matériau et la taille qui conviennent.
  4. Les masques constituent une barrière efficace et économique contre les infections se propageant directement dans l’air et dans des gouttelettes en suspension.
  5. Les blouses médicales, les charlottes et les couvre-chaussures peuvent aider à réduire la propagation des microbes infectieux entre des zones non stériles et des zones stériles, ainsi qu’à protéger les travailleurs de la santé et les patients.

Diverses mesures simples, comme le lavage efficace des mains et l’utilisation de gants jetables, peuvent réduire considérablement les risques d’infections nosocomiales. PRIMED offre une grande variété d’équipements de protection individuelle adaptés à presque tous les besoins. Grâce à ses modèles exclusifs, sa chaîne d’approvisionnement entièrement sous son contrôle et sa connaissance approfondie des besoins de protection en milieu médical, PRIMED est un fournisseur d’équipements de protection individuelle de premier choix. Si vous avez des questions sur l’un de nos produits ou sur les façons dont nos EPI peuvent aider votre établissement à respecter les réglementations en vigueur, des règles de sécurité ou des objectifs de conformité, contactez-nous dès aujourd’hui ou consultez nos guides d’informations sur nos produits cliniques.